La récupération des terres peut être à l'origine de la mortalité massive de poissons

JOHOR BARU: La remise en état des terres le long du Pantai Lido pourrait potentiellement être la principale cause de mortalité massive de poissons dans la région.

Tan Chen Choon, président du Comité pour le gouvernement local et le bien-être urbain et de l'environnement, a déclaré que le Département de l'environnement (DoE), ainsi que le Département des pêches, enquêtaient toujours sur l'affaire et n'écartaient pas la question de la remise en état des terres.

"Le ministère de l'Environnement s'est rendu sur les lieux jeudi après avoir reçu des plaintes à propos de l'événement et a constaté que le niveau d'oxygène dissous dans l'eau était très bas, à 1,2 mg / l", a-t-il déclaré.

«On pense que le temps chaud et la perturbation du débit de l'eau causée par la remise en état des terres sont des facteurs contributifs, mais nous étudions toujours la question.»

Dans une déclaration, Tan a déclaré qu'il avait chargé le ministère de l'Environnement de se pencher sur l'évaluation de l'impact sur l'environnement du projet de remise en état afin d'éviter la répétition de tels incidents.

Des dizaines de poissons morts ont été repérés le long du Pantai Lido lors d'une visite hier, accompagnés d'une forte puanteur.

Il s’agit de la deuxième occurrence récente de la mortalité massive de poissons le long du Pantai Lido, le premier ayant eu lieu le 28 août.

Le directeur du département des Pêches, Zamani Omar, a déclaré que la remise en état des terres avait provoqué des blocages dans la voie navigable, limitant les échanges d'eau.

«Les poissons de la région étaient peut-être piégés dans de l'eau contenant peu d'oxygène dissous, ce qui les étouffait.

«Le temps chaud, suivi de pluies torrentielles, aurait également pu tuer le poisson car il devait faire face à des changements de température extrêmes et soudains», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il n'y avait aucun signe de pollution industrielle dans l'eau.

Vincent Chow, vice-président de Malaysia Nature Society, a déclaré que la mortalité récurrente de poissons dans cette région était un signe évident de pollution.

«Ce n’est pas parce qu’on ne trouve pas de déchets industriels que la pollution n’est pas polluée, car la boue issue de la remise en état des terres pourrait également être polluante.

"Les agences concernées ne doivent pas seulement vérifier les échantillons d'eau, mais également prélever des échantillons de poissons morts pour savoir ce qui les a provoqués à étouffer", a-t-il déclaré.