Les pêcheurs d'Oguaa expriment des sentiments mitigés à propos de la "saison serrée"

La "saison de fermeture" d'un mois à imposer par le ministère des Pêches et de l'Aquaculture est à peine dans une semaine, mais les pêcheurs d'Oguaa ont exprimé des sentiments mitigés quant à son impact.

L’interdiction commencera du 15 mai au 30 juin pour la pêche artisanale et le 15 août pour les pêcheurs industriels afin de reconstituer les stocks de poissons dans les eaux marines du Ghana.

Lors d’une interview avec l’agence de presse du Ghana, certains pêcheurs se sont félicités de cette décision, affirmant que peu importe les nombreuses pertes économiques et sociales que cet exercice pourrait entraîner, ils n’ont pas le choix.

M. Kwabena Ansah, un pêcheur âgé de 34 ans, a déclaré que la pression excessive et la surexploitation de la pêche, en particulier par le biais de méthodes illégales, avaient eu une incidence négative sur leurs revenus.

Soulignant l’importance de la pêche, il a déclaré que l’industrie constituait une source d’emploi importante pour de nombreuses personnes et contribuait également de manière significative au produit intérieur brut (PIB), d’où la nécessité de la protéger.

M. Ansah a noté que leur rôle était stratégique et qu'il était prudent que le gouvernement continue à reconnaître et à soutenir les pêcheurs et les poissonniers en proposant des mesures et des politiques novatrices pour réorganiser le secteur.

Il a fait l'éloge du gouvernement pour la distribution de 2 000 moteurs hors-bord à des prix subventionnés aux pêcheurs afin de faciliter leur travail, tandis que les poissonniers recevaient des accessoires de fumage du poisson et des casseroles en aluminium.

Cependant, M. Ibrahim Fuseni, un pêcheur âgé de 40 ans, a déclaré qu'il n'était pas enthousiasmé par cette initiative et que le gouvernement devait également imposer un moratoire sur la pêche illégale, connue sous le nom de "mer galamsey", afin d'empêcher l'épuisement et la destruction des ressources aquatiques. la vie au lieu de la saison de fermeture.

La pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) au Ghana représente non seulement une menace sérieuse pour l'écologie des océans, mais elle prive également le pays des recettes fiscales indispensables, qui pourraient être utilisées pour stimuler la croissance économique.

M. Fuseni a appelé le gouvernement à veiller à ce que toutes les formes de méthodes de pêche illégales soient arrêtées afin de donner un sens à la saison de fermeture.

Tante Efua, une poissonnerie, a plutôt demandé au ministère du secteur de réagir rapidement pour endiguer la menace du "saiko": certains navires de pêche étrangers pêchaient délibérément et illégalement sur des milles marins non autorisés, gèlaient leurs prises dans l'océan et les vendaient ensuite aux pêcheurs locaux. haute mer.

Elle a déclaré que les captures de saiko étaient principalement des petits pélagiques juvéniles tels que les sardines, le maquereau et d'autres poissons juvéniles, entraînant ainsi une diminution des prises.

D'autres pêcheurs ont également indiqué que les navires internationaux et régionaux sont coupables d'infraction aux réglementations existantes et d'épuisement des ressources halieutiques et ont appelé à une surveillance minutieuse.

"Les stocks de poisson ne se limitent pas aux frontières nationales, et c'est pourquoi les solutions pour mettre fin à la surpêche dans nos eaux ne peuvent venir que d'efforts communs de la sous-région et pas seulement du Ghana."

Source: GNA

Les pêcheurs d'Oguaa expriment des sentiments mitigés à propos de la "saison serrée"
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *