La Colombie n'attaque pas la pêche illégale dans la réserve de Malpelo

L’île colombienne de Malpelo, qui abrite une vaste réserve marine, subit les conséquences d’une pêche illégale effrayante pratiquée par des équipages nationaux et étrangers, les réponses des autorités n’ayant pas été à la hauteur.

Depuis 2017, les autorités colombiennes signalent une augmentation du nombre de navires de pêche en provenance de l’Équateur, de la Chine et du Panama, au large de la côte pacifique du pays.

Le problème semble seulement s'aggraver. À la fin du mois d'avril, l'Équateur voisin a signalé que 245 navires avaient déjà été vus en 2019 autour de son propre parc national des Galápagos et le long de sa frontière maritime avec Malpelo.

VOIR ÉGALEMENT: Les vessies à poisson représentent une grosse affaire pour les passeurs chinois et mexicains

La marine colombienne, pour sa part, a capturé le 16 avril 21 équatoriens et six colombiens dans six bateaux à moteur proches de Malpelo. »

Les équipages de pêche illégaux travaillent souvent en partenariat avec des bateaux à moteur plus petits, ce qui leur permet de déplacer rapidement leurs captures dans des zones plus sûres, à l'écart des autorités, si le besoin s'en fait sentir.

La demande chinoise en poisson frais a alimenté le boom de la pêche illégale autour de Malpelo, avec des espèces très demandées telles que les requins-marteaux, le thon, le germon et les épaves de poisson parmi les plus touchées.

Analyse InSight de la criminalité

La pêche illégale le long de la côte pacifique colombienne n’est pas nouvelle. Cependant, la présence de plus en plus fréquente de navires étrangers à Malpelo, en provenance de l'Équateur, du Panama et de la Chine, montre que le gouvernement n'a pas été en mesure de les arrêter.

La présence de navires illégaux équatoriens à Malpelo montre leur volonté de trouver de nouveaux spots en dehors des frontières équatoriennes, où ils peuvent agir sans les implications légales potentielles de la pêche illégale dans des zones protégées telles que le Parc national des Galápagos.

VOIR ÉGALEMENT: Couverture de la traite écologique

En avril, la présidente de l’Équateur, Lénine Moreno, a déployé des navires et des avions dans le parc national des Galápagos, mis en place une nouvelle présence permanente des garde-côtes et renforcé la surveillance par satellite dans la région. L'ambassadeur de Chine en Équateur a également été convoqué à une réunion.

Sur le papier, la Colombie a fait de son mieux pour défendre Malpelo. Le gouvernement de l'ancien président Juan Manuel Santos a triplé la superficie de la réserve naturelle maritime en 2017, pour atteindre 2,7 millions d'hectares.

Cependant, malgré les efforts coordonnés de la marine, du personnel du parc national et des ONG, les efforts pour mettre un terme à la pêche illégale n’ont pas eu d’impact majeur.

Le manque de ressources pour lutter contre la pêche illégale a également mis au jour un autre domaine de vulnérabilité: les accords commerciaux entre la Colombie et l’Équateur.

Les requins-marteaux et autres espèces de Malpelo sont souvent envoyés en Chine, où ils sont demandés pour être utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise ou comme symboles de statut, dans les envois d'exportation de l'Équateur. On estime qu'en 2017, le commerce illicite a généré plus de 23 milliards de dollars dans le monde.

La situation se complique davantage lorsque le secteur de la pêche illégale se croise avec le trafic de cocaïne.

Les groupes criminels font maintenant de plus en plus de trafic de drogue et d'échanges loin de la mer, dissimulés parmi les bateaux de pêche pour des raisons de sécurité, a rapporté Semana Rural.

Ironiquement, cela semble déclencher une réaction plus rapide des autorités colombiennes que la pêche illégale. «Nous ne voyons les autorités que lorsque les navires transportent de la cocaïne», a déclaré Manuel Bedoya, président de l’Association colombienne des pêcheurs artisanaux du Pacifique.

La Colombie n'attaque pas la pêche illégale dans la réserve de Malpelo
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *