Contestation de la décision de l'État d'autoriser la pêche d'élevage d'huîtres étrangères dans le Lough Swilly

Un groupe représentant les pêcheurs d'huîtres a formé un recours devant la Haute Cour contre une décision d'octroi de licences autorisant la pêche d'élevage d'huîtres à Lough Swilly.

La poursuite a été intentée par la société Lough Swilly Wild Oyster Society Ltd (LSWOS) basée à Co Donegal, dont les membres sont engagés dans la pêche des huîtres indigènes à Lough Swilly depuis plus de 25 ans. Il craint que le manque de contrôles appropriés sur l'élevage d'huîtres dans le Lough ne soit un "désastre environnemental".

Le groupe, représenté devant le tribunal par Peter Finlay SC, affirme que les licences accordées par le ministre de l'Agriculture et confirmées en appel par la Commission d'appel des licences d'aquaculture en février dernier, autorisaient la pêche d'une espèce à Lough Swilly, appelée huîtres du Pacifique.

LSWOS affirme que l'élevage de ces huîtres étrangères érode les lieux de pêche naturels et nuit à leur capacité à pêcher des espèces indigènes.

Ils affirment que des licences ont été accordées à des parties pour la production d'huîtres du Pacifique abandonnées ou négligées. Cela a abouti à une masse d'huîtres pacifiques non gardées qui se sont dispersées et ont envahi le lit des huîtres indigènes.

L’Etat, affirme-t-on, n’a rien fait pour contrôler la bonne culture des huîtres dans le Lough, selon LSWOS.

Les licences d'aquaculture et de foreshores au centre des actions ont été accordées à M. Alan O'Sullivan et à la société coopérative Lough Swilly Shellfish Growers.

LSWOS déclare que les licences proposées ne fait l'objet d'aucune critique et que, en principe, rien ne s'oppose à l'octroi de licences correctement réglementées pour la production d'huîtres à Lough Swilly.

M. Finlay a déclaré devant le tribunal que ses clients affirmaient que les décisions d'attribution des licences étaient erronées et devraient être annulées, notamment pour le refus de la commission d'appel d'organiser une audience après que LSWOS eut interjeté appel contre la décision du ministre d'accorder en 2017 les licences.

L'avocat a déclaré qu'il y avait un manque d'équité dans la procédure adoptée par la commission d'appel lors de l'examen de l'appel de son client.

Les avocats ont ajouté que, contrairement à la directive "Habitats" de l'UE, la commission de recours s'était également fondée sur des informations concernant le Lough Swilly datant d'environ six ans et ne tenant pas compte de la prolifération de l'huître creuse du Pacifique dans le Lough.

Dans le cadre d'une procédure de contrôle judiciaire, le LSWOS demande diverses ordonnances et déclarations, notamment une ordonnance annulant les décisions du ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et de la Marine, ainsi que la décision de la Commission de recours pour les permis d'aquaculture confirmant la décision du ministre.

Ils demandent également que soit déclarée que la décision d’accorder les licences est contraire à la justice naturelle et constitutionnelle, à des dommages-intérêts et à la suspension des licences.

M. O'Sullivan et la société coopérative des producteurs de mollusques et de crustacés du Lough Swilly sont tous deux des parties au préavis.

La permission de former un recours a été accordée ex parte par le juge Seamus Noonan.

Il reviendra au tribunal en juillet.

Contestation de la décision de l'État d'autoriser la pêche d'élevage d'huîtres étrangères dans le Lough Swilly
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *