Pour les pêcheurs artisanaux, les clôtures à poisson sont une option facile mais problématique.

  • Une nouvelle étude révèle que l'utilisation généralisée de palissades par les communautés de pêcheurs dans les pays tropicaux entraîne des dommages économiques, sociaux et environnementaux considérables.
  • La technique consiste à enfiler un filet le long de piquets généralement situés dans un plat intertidal, où il piège les poissons lorsque la marée se calme. Mais cette pratique a pour résultat la capture aveugle de poissons juvéniles, menaçant la durabilité des stocks de poissons.
  • Dans la zone étudiée, dans l’est de l’Indonésie, les clôtures sont également une source de tension sociale. C’est le domaine exclusif du groupe ethnique insulaire et leur utilisation est refusée à la communauté des marins Bajo.
  • Les chercheurs ont appelé à des restrictions sur l’utilisation de palissades mais reconnaissent qu’il sera difficile de convaincre les pêcheurs de se rendre en mer pour pêcher, étant donné le faible risque et la grande commodité qu’ils offrent.

JAKARTA – Selon une nouvelle étude, l'utilisation généralisée de clôtures en bois pour piéger le poisson par les pêcheurs côtiers dans les pays tropicaux est en train de causer d'importants dégâts économiques, sociaux et environnementaux.

Selon une étude publiée le 21 mai dans la revue, les barrières à poissons artisanales perturbent considérablement la durabilité des écosystèmes marins côtiers et créent des conflits socio-économiques entre les communautés de pêcheurs. Nature Communications.

Écosystèmes côtiers, Récifs coralliens, Environnement, Politique environnementale, Poisson, Pêche, Pêche, Mangroves, Marine, Biodiversité marine, Conservation de la mer, Écosystèmes marins, Océans, Surpêche, Poisson de mer, Seagrass, Conflit social, Durabilité

Pour les pêcheurs artisanaux, les clôtures à poisson sont une option facile mais problématique.
4.9 (98%) 32 votes