Inquiétude à Chignik, alors que l'échappement commence lentement

La pêche a démarré lentement le long de la péninsule de l'Alaska. Ceci est particulièrement inquiétant pour les personnes qui vivent et pêchent dans la zone de gestion de Chignik – car l'été dernier, ces communautés ont connu la pire saison de pêche au saumon rouge depuis la création de l'État.

Le personnel du département de la pêche sportive de l’Alaska a commencé à compter le saumon rouge le 1 er juin. Jusqu’à présent, les chiffres ne sont pas prometteurs. Aujourd’hui, le département comptait un total de 3 374 poissons.

«C’est un peu lent pour ici. Il y a eu des années au cours desquelles nous avons commencé lentement et une année décente. Mais après une année comme 2018, tout le monde s’inquiète », a déclaré Dawn Wilburn, biologiste de la gestion de zone chez ADF & G.

Elle dit que la course de Chignik n’a pas pu se développer comme prévu en 2018. Seulement 539 825 rouges sont revenus et il n’y avait pas d’ouvriers de pêche commerciale.

Cette saison, ADF & G estime que 1,7 million de poissons vont revenir, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne. L'estimation ponctuelle pour la récolte précoce est de 429 000. Le retard est estimé à 571 000.

Selon Wilburn, le travail du ministère consistera à gérer la pêche afin que les objectifs d’échappée soient atteints – et que suffisamment de poissons reviennent à Chignik pour se rétablir et se propager. Le 10 juin, l'échappée cible se situe entre 45 000 et 55 000 rouges.

«À ce stade, pour Chignik, il ne reste plus qu'à attendre de voir comment se déroulera la course. Si les fonds récoltés sont suffisants, ils iront pêcher », a déclaré Wilburn.

Après la course dévastatrice de l’année dernière, de nombreux débats ont eu lieu sur la pêcherie controversée de la zone M, située du côté sud de la péninsule, juste sous le district de Perryville.

Les critiques considèrent la zone M comme une pêche d'interception, dans laquelle le saumon rouge qui passe est capturé avant de pouvoir atteindre des zones de pêche plus proches des frayères, comme Chignik. Mais les pêcheurs de la zone M sont convaincus qu’ils devraient avoir le droit de pêcher du poisson comme ils le souhaitent, arguant qu’il s’agissait d’une pêche traditionnelle qui devrait être gérée comme une autre.

À l'approche de la réunion du conseil des pêches en février, les intervenants de Chignik ont ​​exprimé l'espoir que le conseil limiterait la pêche dans la région. Dans une certaine mesure, il l'a fait.

L'un des trois règlements visant à aider la région, l'un autorise les pêcheurs de Chignik à commencer plus tôt dans les districts de l'ouest et de Perryville une fois que l'échappement est atteint. Un autre initie deux changements au plan de gestion du saumon de juin.

Le conseil a voté en faveur d'un réalignement de l'horaire fixe avec les dériveurs et les senneurs, créant ainsi plus de fenêtres de fermeture lorsqu'aucun engin ne sera autorisé dans l'eau. L'autre modification interdit aux senneurs de pêcher dans certaines parties de la région de Dolgoi entre King Cove et Sand Point. Selon ADF & G, cette zone possède l'une des plus fortes concentrations de stocks liés à Chignik dans la zone M au mois de juin.

Ces restrictions visent à donner aux pêcheurs de Chignik plus de possibilités de pêcher et à permettre à plus de rouges de traverser la zone M, mais certains affirment qu’ils ne vont pas assez loin.

«Il y a des fenêtres de 32 heures, pour ainsi dire, sans équipement dans l'eau», a déclaré Axel Kopun, pêcheur de Chignik et président de la Chignik Seafood Producers Alliance. «Le problème, c’est qu’il n’est pas vraiment suffisant d’obtenir le poisson dans toute la région. Donc ce n’était pas assez. C’est mieux que rien, mais dans l’idéal, c’était environ 72 heures si l’on prend en compte le temps de parcours du poisson dans une zone donnée. ”

Même si Kopun craint que la réglementation n’aide pas suffisamment s’il ya une répétition de la course de l’année dernière, de nombreux intervenants à Sand Point y voient une approche de gestion équitable.

«Nous sommes très sensibles aux problèmes causés l’année dernière», a déclaré Ernie Weiss, directeur des ressources naturelles de l’arrondissement Aleutians East. «Nous ne pensions pas que c’était la faute de la zone M. C'était une crise dans tout le Golfe. Le département a le pouvoir de commande d'urgence. Et toute réaffectation des possibilités de pêche dans la zone M imposerait des difficultés considérables aux pêcheurs et aux communautés de la zone M en échange d'un gain de conservation minimal. "

Selon Weiss, il y aura 305 heures de telles fermetures par rapport aux 176 heures de l’an dernier, soit une augmentation de 72%.

Les pêcheurs et les gestionnaires auront une meilleure idée de l’application de la nouvelle réglementation sur le saumon rouge au début de la saison.

Bien que l'inquiétude suscitée par les rouges soit élevée, les prévisions concernant le saumon rose dans la zone M s'annoncent prometteuses. Il convient de noter qu'ADF & G n'a pas prévu de façon régulière la migration du saumon rose. Néanmoins, avec une estimation ponctuelle de 20,6 millions de poissons et une fourchette de capture atteignant 37,9 millions, il s’agit de la plus grande prévision rose du district jamais enregistrée.

Contactez l'auteur à isabelle@kdlg.org 907-842-2200.

Inquiétude à Chignik, alors que l'échappement commence lentement
4.9 (98%) 32 votes