Modification du Règlement de pêche de l'Ontario afin de permettre l'utilisation de plusieurs lignes pour la pêche de la carpe commune

Carpe commune (Cyprinus carpio) ne sont pas originaires de l'Ontario; ils ont été introduits en Amérique du Nord depuis l'Europe il y a plus de 100 ans. Leur capacité à s’adapter à toute une gamme d’environnements, ainsi que leur capacité à s’épanouir dans les lacs et les rivières d’eaux chaudes peu profondes leur ont permis d’établir des populations abondantes dans une grande partie du sud de l’Ontario et sont considérées comme des espèces naturalisées. Leur grande taille (15-20 kg) et leur abondance offrent d'excellentes possibilités de pêche pour les pêcheurs à la ligne en Ontario.

Nous proposons un amendement à la Règlement de pêche de l'Ontario cela permettrait l'utilisation de plusieurs lignes lors de la pêche à la carpe commune. À l'heure actuelle, les pêcheurs à la ligne en Ontario sont limités à l'utilisation d'une seule ligne à moins de pêcher à partir d'un bateau dans certaines parties des Grands Lacs ou à travers la glace. Là où plusieurs lignes sont actuellement autorisées, elles peuvent être utilisées pour cibler toutes les espèces en saison ouverte.

Nous proposons également de clarifier les réglementations associées à l’appâtage ou au «chumming» lors de la pêche à la ligne. Ce règlement s’appliquerait aux pêcheurs à la ligne ciblant toutes les espèces, quel que soit le nombre de lignes qu’ils utilisent.

Les pêcheurs à la ligne et les intervenants ont demandé que l'utilisation de plusieurs lignes permette de rendre la réglementation ontarienne plus cohérente avec celle des autres pays et de permettre aux pêcheurs d'avoir plus de succès dans la pêche de la carpe commune en Ontario.

Sur la base de discussions antérieures avec des pêcheurs à la ligne et des parties prenantes concernant l’utilisation de plusieurs lignes, nous avons identifié le potentiel d’une mortalité accrue lors de la capture d’espèces de poissons de sport et d’une surpopulation accrue en tant que risques potentiels associés à l’utilisation de plusieurs lignes.

À la lumière des commentaires des pêcheurs à la ligne, le ministère a élaboré un cadre pour la présente proposition de réglementation afin de gérer les risques de cette modification réglementaire. Nous recherchons des commentaires sur cette proposition. Nous sommes particulièrement intéressés par vos commentaires sur:

  • les zones où plusieurs lignes devraient être autorisées pour la carpe commune
  • le nombre maximal de lignes qu'un pêcheur devrait être autorisé lorsqu'il pêche à la carpe commune;
  • la distance maximale qu'un pêcheur pourrait être de leurs lignes et / ou la distance maximale entre les lignes
  • les types d'appâts autorisés lors de la pêche à la carpe commune
  • l'utilisation de plusieurs lignes pour la carpe commune devrait être autorisée lorsque vous pêchez à partir du rivage, à partir d'un bateau ou les deux.

De plus, nous proposons de clarifier les réglementations existantes en ce qui concerne l’appâtage d’une zone (connue sous le nom de «chumming»). Cette pratique consiste à attirer les poissons dans une zone en jetant des matières organiques dans l'eau, une pratique populaire parmi les pêcheurs de carpe commune. Cette clarification s’appliquerait à tous les pêcheurs.

Les modifications de cette nature à la réglementation de la pêche sportive en Ontario exigent une modification de la réglementation par: Pêches et Océans Canada.

Objet de la politique

1. Lignes multiples pour la carpe commune

La proposition consisterait à autoriser l'utilisation de plusieurs lignes lors de la pêche côtière ou d'un bateau de pêche de la carpe commune dans le sud et le centre de l'Ontario. Cela comprend notamment les zones de gestion des pêches 12 à 20. Ce sont les zones de gestion des pêches en Ontario qui offrent actuellement des possibilités de pêche raisonnables pour la carpe commune.

Le ministère a évalué plusieurs options pour répondre aux préoccupations écologiques et sociales associées à l’utilisation de lignes multiples. Un grand nombre de ces problèmes peuvent être atténués en incluant les conditions suivantes lors de l'utilisation de plusieurs lignes:

  • Réduisez le risque de capture d'espèces non ciblées en limitant les appâts et les leurres que les pêcheurs à la ligne peuvent utiliser lors de la pêche à plusieurs lignes à celles couramment utilisées pour la pêche de la carpe commune. Les appâts biologiques (boulettes de pâte) seraient autorisés, mais l'utilisation de leurres artificiels, de mouches artificielles, de poissons morts, de poissons-appâts, de sangsues, de grenouilles, d'écrevisses, de vers et d'œufs serait interdite. Ces restrictions ne s'appliqueraient que lors de la pêche avec plusieurs lignes et n'auraient pas d'incidence sur les pêcheurs qui pêchent avec une seule ligne pour la carpe commune (ou toute autre espèce).
  • Réduisez le risque d'encombrement en obligeant les pêcheurs à rester à proximité de leurs lignes et / ou en limitant la distance maximale entre les lignes. Ces conditions réduiraient l'empreinte occupée par les pêcheurs individuels.

Les restrictions susmentionnées s’appliqueraient à toutes les lignes utilisées par un pêcheur à la ligne lorsqu’il pêche avec plusieurs lignes.

En vertu de cette proposition, aucun changement ne serait apporté aux pêcheurs à la ligne pêchant avec une seule ligne, ni aux réglementations existantes concernant les lignes multiples sur la glace ou sur les Grands Lacs depuis un bateau.

2. Amorcer

Outre la proposition d'autoriser l'utilisation de plusieurs lignes lors de la pêche à la carpe commune, le ministère propose de clarifier les réglementations existantes en ce qui concerne l'appâtage d'une zone (également connue sous le nom de «chumming»). Il s'agit d'une pratique d'attirer les poissons dans une zone en jetant des matières organiques dans l'eau, une pratique très courante chez les pêcheurs de carpe commune. À l'heure actuelle, il est illégal de vider le contenu d'un seau à appâts ou de tout autre récipient utilisé pour retenir les appâts, y compris l'eau, dans les eaux ou à moins de 30 mètres de celles-ci. Ce règlement a été mis en œuvre pour réduire les risques associés à la propagation d'espèces envahissantes et d'agents pathogènes des poissons. Il vise également à garantir une utilisation responsable des ressources naturelles.

Le chumming avec des appâts dont l'utilisation est proposée avec plusieurs lignes (appâts biologiques et non-animaux) présente un faible risque de propagation d'espèces envahissantes ou d'agents pathogènes des poissons. Il serait interdit d'utiliser des poissons vivants ou morts, des poissons-appâts, des sangsues, des grenouilles, des écrevisses, des vers et des œufs. Le ministère peut utiliser les commentaires reçus sur cette proposition pour préciser ce qui serait autorisé pour amorcer ou mordiller.

Cette proposition préciserait les appâts autorisés pour le "chumming" et s’appliquerait à tous les pêcheurs, quel que soit le nombre de lignes qu’ils utilisent.

Les commentaires peuvent être envoyés à fishpolicy@ontario.ca, ou à l'adresse et au numéro de téléphone indiqués dans la section contact, jusqu'au 29 juillet 2019.

Modification du Règlement de pêche de l'Ontario afin de permettre l'utilisation de plusieurs lignes pour la pêche de la carpe commune
4.9 (98%) 32 votes