ÉDITORIAL: Un officier du MPO trop dur dans l'incident de pêche au jeu | Éditoriaux | Opinion

Le premier week-end de juin a été déclaré week-end de pêche gratuite cette année par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Deux fois par an, en février (pour la pêche blanche) et en mai ou juin, la province permet au public de s’essayer à la pêche récréative sans permis.

L'idée est d'encourager les loisirs en plein air, d'éloigner les gens de leur téléphone portable et de profiter de la nature, et peut-être d'aimer certains enfants.

C’est une bonne idée et chaque province a sa version. Tout ce que la province peut faire pour amener les gens sur nos ruisseaux et nos lacs profite de notre atout le plus puissant: notre proximité avec la nature.

Caricature éditoriale de Bruce MacKinnon du 14 juin 2019.

Mais vous devez vous demander si l'esprit de l'événement était présent en la personne de plusieurs agents des pêches fédéraux le week-end dernier au parc provincial de MacElmons Pond à Debert. Le parc comporte des sentiers pédestres et des aires de pique-nique, ainsi qu'un petit quai pour les canoës.

Ce n’était pas une fin de semaine de pêche gratuite. Mais Doug Barkhouse voulait toujours emmener sa petite-fille de trois ans quelque part pour essayer sa nouvelle canne à pêche. Il y avait beaucoup de gaspareau dans l'étang.

Son père a enlevé la barbe du crochet pour qu’elle ne soit pas blessée. Tandis que Barkhouse montrait à la petite fille quoi faire, un groupe d'agents du ministère des Pêches et des Océans s'est approché.

Les fonctionnaires fédéraux ont compétence sur des espèces comme le gaspareau, qui migrent des océans vers les rivières, même dans les étendues intérieures d'eau douce. C'est pourquoi les agents impliqués appartenaient au MPO plutôt qu'au ministère des Terres et Forêts de la province, responsable des autres pêches en eau douce. , ainsi que les parcs provinciaux.

Barkhouse a déclaré qu'un officier était immédiatement en conflit, menaçant de l'arrêter et l'informant qu'il recevait un billet de 700 dollars pour "pêcher en jigging".

"C'était tellement exagéré", a déclaré Barkhouse.

Dans un article paru vendredi dans le journal, le ministre fédéral des Pêches, Jonathan Wilkinson, a déclaré qu'il avait lu l'histoire originale "avec une certaine inquiétude" et avait promis de faire un suivi.

La même histoire donnait une indication de la réaction interne à laquelle Wilkinson pourrait être confronté quand il commencerait à poser des questions sur son département.

Le directeur général de la conservation du MPO, Darren Goetze, a tenu bon et a laissé entendre que Barkhouse s’en est bien tiré.

Il a souligné que le groupe pêchait près d'une passe à poissons, ce qui est également illégal, et que tout adulte ayant une ligne à l'eau devrait connaître les règles et être prêt à les respecter.

Il a raison.

Mais il existe une différence entre l’application des règles relatives à la pêche commerciale, telles qu’elles sont pratiquées par les pêcheurs de carrière, ce que le MPO devrait consacrer la plupart de son temps, et la surveillance des voies navigables dans les parcs provinciaux où des petites filles jouent avec leurs grands-parents.

C’est une question de pouvoir discrétionnaire accordé à chaque agent de la paix. Bien sûr, les règles doivent être appliquées. Mais c’était un cas où une explication patiente et calme des règles suivie d’un avertissement aurait été préférable.

EN RELATION:

ÉDITORIAL: Un officier du MPO trop dur dans l'incident de pêche au jeu | Éditoriaux | Opinion
4.9 (98%) 32 votes