Sentinelle Outaouais dit «quelque chose qui s'est retrouvé dans l'eau» source probable de centaines de poissons morts

Des représentants du gouvernement se trouvent sur la rivière des Outaouais, à l’est de la capitale, pour tenter de déterminer ce qui tue des centaines de poissons, d’anguilles et laisse des oiseaux malades.

Ils ont déterminé que la source est la rivière Lievre au Québec, mais ils ne sont pas certains de la cause. Des centaines de poissons morts ont été repérés tout au long de la rivière des Outaouais, de Cumberland à Rockland.

Cela fait deux jours que les pêcheurs à la ligne et les propriétaires de chalets ont remarqué des centaines de poissons morts dans cette région de la rivière des Outaouais, des centaines d’entre eux, toutes sortes d’espèces. Et maintenant, la chasse est ouverte pour savoir pourquoi ils meurent.

Eric Champagne a grandi le long de la rivière des Outaouais, pêchant au maximum de ses possibilités. Mais pas dernièrement.

«Si je n'étais pas à bord du bateau avec vous maintenant, dit-il, alors qu'il emmenait CTV Ottawa autour de la rivière des Outaouais à Rockland,« je ne serais pas ici aujourd'hui. En aucune façon."

Partout où il regarde, Champagne voit des poissons morts, des muscs, des carpes, des silures, voire des anguilles. L'odeur – et le regard de l'eau, dit-il, est étrange.

«En gros, si vous observez la rivière, chaque point blanc est un poisson mort à ce stade», dit-il, «vous pourriez perdre le compte, il y en a tellement. Ils doivent aller au fond des choses, c'est fou.

Patrick Nadeau, directeur exécutif de la Sentinelle Outaouais, dit qu'ils essaient de comprendre le fond de la rivière alors qu'il longe le rivage à Masson-Angers: «Voici un esturgeon mort», souligne-t-il, la gueule grande ouverte "Cela me rend triste parce qu'il n'y en a pas beaucoup."

Les autorités du Québec, de l'Ontario et du gouvernement fédéral sont sur l'eau pour prélever des échantillons de poissons et d'eau. Les résultats prendront quelques jours.

«Au bout du compte, les poissons meurent par manque d'oxygène», déclare Nadeau. «Une foule de facteurs peuvent être à l'origine de ce problème. Parce que cela touche une grande variété d’espèces, c’est probablement quelque chose qui est arrivé à l’eau. Donc, qu’il s’agisse d’un déversement, d’un système d’égout ou industriel, il est trop tôt pour le dire. Mais l'hypothèse de travail est que quelque chose est entré dans l'eau. "

Nadeau dit que la source a été déterminée comme étant la rivière du Lièvre, un affluent de la rivière des Outaouais juste en amont du traversier.

Stéphane Ouellette conduit ce ferry depuis 32 ans et affirme n'avoir jamais rien vu de tel.

«Il y a beaucoup de poissons morts», dit-il, «vous voyez ce côté-ci, gros poissons et je n'ai jamais vu ça, jamais, jamais.

Dans un courrier électronique, le ministère de l'Environnement du Québec a indiqué qu'il avait été informé de la présence de poissons morts lorsque le ministère de l'Environnement de l'Ontario les a contactés.

«Le ministère n'a aucune indication d'un lien quelconque avec un déversement dans la rivière des Outaouais», écrit en français Sophie Gauthier, directrice des communications: «Les tests effectués jusqu'à présent n'ont révélé aucune preuve de déversement. Le ministère effectue toujours des tests pour s'assurer que c'est bien le cas. "

Les Sentiers de la rivière des Outaouais recommandent aux gens de ne pas manger le poisson tant qu'il ne sait pas ce qui les tue. La municipalité de Clarence-Rockland affirme que des tests ont montré que leur eau de boisson était sans danger pour la consommation.

Sentinelle Outaouais dit «quelque chose qui s'est retrouvé dans l'eau» source probable de centaines de poissons morts
4.9 (98%) 32 votes