Un diplomate iranien convoqué suite à la saisie d'un pétrolier

Le Foreign Office a convoqué la charge d’affaires iranienne à la suite de la saisie d’un pétrolier sous pavillon britannique dans le détroit d’Hormuz.

Cela vient du fait que l’Iran lie directement la saisie du pétrolier au rôle joué par la Grande-Bretagne dans la détention d’un pétrolier transportant du pétrole iranien plus tôt ce mois-ci.

Un porte-parole du Conseil des Gardiens iraniens aurait déclaré que "la règle de l'action réciproque est bien connue en droit international" et que Téhéran a pris la bonne décision face à une "guerre économique illégitime et à la saisie de pétroliers".

L’explication, qui contraste avec une suggestion faite vendredi soir selon laquelle le Stena Impero violait les règles maritimes internationales et s’était heurtée à un bateau de pêche, est venue lorsque le gouvernement britannique a averti les navires britanniques de rester à l’écart du détroit d’Hormuz et a décrit la saisie. «Inacceptable» du navire immatriculé au Royaume-Uni.

Le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a déclaré samedi après-midi qu'il s'était entretenu avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, pour lui exprimer sa "extrême déception" face à la situation.

La secrétaire à la Défense, Penny Mordaunt, a qualifié l'incident – qui aurait eu lieu dans les eaux omanaises – un "acte hostile", selon Sky News.

Et elle a dit que Montrose était à 60 minutes de pouvoir aider.

Stena Bulk, propriétaire du Stena Impero, a déclaré que le navire était «pleinement conforme à toutes les règles de navigation et à la réglementation internationale» lorsqu'il a été saisi par la Garde révolutionnaire iranienne.

Un deuxième pétrolier, le Mesdar (pavillon libérien), géré par Norbulk Shipping UK, a dévié de son cap en direction de la côte iranienne après avoir été arraisonné par des gardes armés vers 17h30 vendredi.

L’exploitant du Mesdar basé à Glasgow a déclaré que la communication avait depuis été rétablie avec le navire et que l’équipage était indemne. Le pétrolier aurait été autorisé à reprendre la navigation.

Un patrouilleur de la Royal Marine est vu à côté du super tanker Grace 1 à Gibraltar (Marcos Moreno / AP)

L’ayatollah Ali Khamenei, dirigeant suprême de l’Iran, a qualifié mardi la saisie du pétrolier de "piraterie" et a averti le Royaume-Uni de s’attendre à une réponse.

Selon une déclaration de Stena Bulk, le chef du navire Northern Marine Management avait perdu le contact avec son équipage de 23 personnes après que "des petites embarcations non identifiées et un hélicoptère" se soient approchées du navire vers 16 heures vendredi.

La compagnie a déclaré que le pétrolier se trouvait dans les eaux internationales à ce moment-là mais semblait se diriger vers le nord, en direction de l'Iran.

Erik Hanell, président et chef de la direction de Stena Bulk, a déclaré: «Il y a 23 marins à bord, de nationalité indienne, russe, lettone et philippine.

«Aucune blessure n’a été signalée et la sécurité et le bien-être de nos équipages demeurent notre priorité. Nous sommes en contact étroit avec les autorités des gouvernements britannique et suédois afin de résoudre cette situation et entretenons des relations étroites avec les familles de nos marins. "

Le chancelier fantôme John McDonnell a déclaré que la saisie d'un pétrolier britannique était "inacceptable" et a appelé à sa libération.

"Le gouvernement iranien est évidemment à blâmer pour avoir pris le pétrolier, c'est un comportement inacceptable et nous faisons écho à ce que le gouvernement a dit", a-t-il déclaré à l'AP samedi.

«La question clé est maintenant de ramener les gens autour de la table.

«Tous les conseillers militaires que j'ai écoutés, des militaires à la retraite, ont dit que nous devions revenir à la table et nous pourrions jouer ce rôle.

«Les États-Unis ont quelque peu déstabilisé la situation en se retirant de l'accord que nous avions conclu, selon lequel nous aidions les intermédiaires, et ce que nous devons faire maintenant, c'est jouer le rôle d'intermédiaire honnête maintenant.

"Mais le comportement de l'Iran est inacceptable et ils doivent libérer le navire."

Un diplomate iranien convoqué suite à la saisie d'un pétrolier
4.9 (98%) 32 votes